Parce que c’est une chose de déposer les armes….mais c’en est une autre que d’accepter à partir de cet instant de se vivre comme perpétuellement désarmé.

Après le magnifique « Buvard » de Julia Kerninon, je n’ai pas résisté à l’envie de lire immédiatement « Le dernier amour d’Atilla Kiss«  son dernier roman.
Encore une fois Julia Kerninon nous plonge dans le sentiment amoureux avec une plume qu’elle maîtrise divinement bien.
Cette fois ci en faisant se rencontrer un peu comme en photo le « négatif » et le « positif » pour créer un équilibre qui ne sera pas parfait parce que l’amour n’est jamais parfait, mais un vrai équilibre amoureux.

Attila et Théodora n’ont semble-t-il rien en commun, pour construire un couple au-delà d’une nuit de magie. Elle est riche, il est pauvre, elle est jeune, il est vieux, elle a tout, il n’a pas grand chose, tout les oppose.

Il était délicat partant de ce constat un peu caricatural de nous raconter cette histoire sans tomber dans les poncifs sur l’amour.

Mais Julia Kerninon maîtrise son art et nous embarque, nous lecteur, dans les méandres de l’amour, celui qui donne et qui retient, celui qui a peur et ne veut pas vraiment lâcher prise, chacun des deux un peu à l’affût de l’autre jusqu’au moment où il faut accepter quoi qu’il en soit.

Un roman très réussi dont vous pouvez aussi lire l’avis de Nicole et continuer « Sur la route de Jostein »

Publicités

5 thoughts on “Parce que c’est une chose de déposer les armes….mais c’en est une autre que d’accepter à partir de cet instant de se vivre comme perpétuellement désarmé.

  1. J’ai peut-être davantage été sensible au contexte de rancune historique, un des points supplémentaires dans leur différence. Je n’avais pas lu Buvard mais je le ferai à l’occasion.

    J'aime

    1. Tu as complètement raison, et cette « rancune historique » a été tellement bien racontée par d’autres (toi notamment) que je ne me sentais pas d’en parler ;-). Buvard est un livre splendide !

      J'aime

  2. J’ai également beaucoup aimé ce livre, notamment la dimension historique (celle d’Attila p 75 à 79 est formidable). Très bon moment de lecture !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s