L’excitation de ne rien savoir…jusqu’au bout…

Si vous lisez un peu ce blog vous devez déjà savoir que j’adore les polars. J’avais parlé d’ailleurs dans un ancien article d’un « livre » que j’avais commencé à écrire lorsque j’avais une dizaine d’années, une enquête policière qui se déroulait à Paris alors que je vivais à Nîmes à l’époque. Mon embryon de livre a été piqué avec la vieille micra de ma tante et j’ai cessé toutes velléités de livre pensant que ce vol était un signe.

Tout ça pour dire que ma passion pour les polars ne date pas d’hier. J’adore les livres avec une enquête que je peux mener de mon côté,  j’aime être tenue en haleine du début à la fin du livre. Hélas je suis bien souvent déçue par une intrigue dont on me donne toutes les ficelles très tôt dans le bouquin et ça m’exaspère.

Lorsque lecteurs.com a lancé les « explorateurs du polar » en partenariat avec « Quai du polars » je me suis inscrite illico. J’ai donc reçu « Les sirènes noires » de Jean-Marc Souvira aux éditions Fleuve et « Les petites filles » de Julie Ewa publié chez Albin Michel.

Découverte de Jean-Marc Souvira pour moi et quelle découverte !! Une enquête comme j’adore.

Ludovic Mistral, commissaire au 36, quai des orfèvres est fatigué mais bien trop accro à son boulot pour « lâcher l’affaire »…pour le coup les affaires. Nous voilà plongés en douceur dans le Sud-Est du Nigéria lors d’une cérémonie qui scelle le destin du jeune beauté à celui de « Madam » pendant qu’à Paris un homme guette les entrées et sorties de parking…

Le décor est planté, le héros récurrent de Jean-Marc Souvira va avoir du pain sur la planche. Les pages avancent, les histoires se mêlent sans jamais s’embrouiller, les intrigues se posent et les questions se font incessantes pour le lecteur au point d’être agacé de devoir faire autre chose que poursuivre l’enquête.

L’histoire est brillamment menée et jusqu’à la fin du livre, nous allons de rebondissements en rebondissements sans jamais les voir arriver. Pas de répit, pas de longueurs, l’écriture est nette, parfois violente mais Jean-Marc Souvira maîtrise à la fois l’intrigue et la plume. Commissaire divisionnaire lui-même il tient les commandes du début à la fin et rien ne lui échappe, il est captivant.

Je ne parlerai pas d’avantage de l’histoire pour que vous puissiez la découvrir de vous même mais si vous aimez lire un polar avec l’impression que vous faites partie de « l’équipe des flics », foncez sur ce bouquin, il est génial !

Jean-Marc Souvira en a écrit deux autres livres, « Le vent t’emportera » et « Le magicien » que j’ai hâte de lire évidemment.

Merci beaucoup à Lecteurs.com et Fleuve Editions pour ce fabuleux livre, je me plonge dès à présent dans le second 😉

Publicités

2 thoughts on “L’excitation de ne rien savoir…jusqu’au bout…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s