« Où sont les mains, les yeux doivent être »

Je ne vous apprends pas à quel point j’aime l’Inde… A quel point les deux voyages que j’y ai déjà effectués ne m’ont donné qu’une envie, celle d’y retourner ! Et c’est ce que je vais faire d’ici quelques semaines 😉
Quand j’ai vu passer ce livre de Chantal Deltenre dans le cadre de l’opération Masse critique de Babélio, j’ai trépigné comme une gamine et évidemment je l’ai choisi.

C’est toujours très agréable de participer à cette opération parce que Babélio met à disposition un choix de livres très très important.

J’avais tellement hâte de le recevoir et de découvrir ce qu’il cachait !

Chantal Deltenre est romancière et ethnologue, elle est l’auteur de plusieurs romans et essais.

« Inde Miscellanées » est paru aux Editions Nevicata dans une collection au doux nom de « L’âme des peuples ».

« Parce que pour connaître les peuples, il faut d’abord les comprendre » dit la plaquette de présentation et j’ai trouvé ça très joli.

Le livre est carré, les feuilles sont beiges et assez épaisses, l’objet est très très beau.

Ce livre n’est pas un roman, ni un récit, ni une auto-fiction, ni un dictionnaire, mais alors qu’est ce que c’est me direz-vous ?

« Inde Miscellanées » est d’une richesse infinie ! C’est un trésor qu’on lit et relit, sur lequel on revient dans lequel on découvre sans cesse quelque chose de nouveau.
Bien entendu il parle de l’Inde mais j’ai rarement vu un livre aborder des sujets tellement différents les uns des autres et pourtant si proches. On y parle de cuisine, de fêtes, de danse, on y parle de Divinités et de pélerinage, de mousson, de médecines et de tant d’autres choses !

J’y ai découvert le récit d’une photo d’Henri Cartier-Bresson, des poèmes et de nouveaux romans, des dictons et des petites habitudes. J’ai souri à l’évocation d’anecdotes et de tous ces moments riches que l’on vit quand on arrive en Inde, la première fois de sa vie.

Chantal Deltenre connaît l’Inde c’est une évidence et c’est un véritable moment de bonheur de la retrouver page après page avec elle.

Je suis très heureuse d’avoir découvert ce livre parce qu’il ne se passe pas un jour sans que je lise ou relise une page ou que je le feuillette.

C’est aussi un joli cadeau à offrir pour quelqu’un qui aime ce pays et qui compte y aller ou qui est juste curieux d’en savoir un peu plus.

Merci beaucoup à Babélio et aux Editions Nevicata pour ce joli cadeau.

Publicités

2 thoughts on “« Où sont les mains, les yeux doivent être »

  1. Un pays qui m’a marquée aussi depuis un voyage lointain. Je ne connaissais pas cette maison d’édition. Belle dècouverte.
    Un prochain voyage que tu vas encore davantage apprécier.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s